Extrait de l'article Génération demain, co-écrit par Jade Albasini et publié dans l'Illustré de janvier 2021

Au nom de la liberté des looks et du recyclage

 

Maëva Weissen est une artiste genevoise à conjuguer au pluriel. Dans ses pratiques mais aussi dans son ADN. Ayant grandi à Onex, Suédoise par sa mère et Espagnole par son père, la jeune femme réalise le portrait de sa génération, dont les codes émanent des quartiers populaires. "Je raconte les histoires de ce que j'ai baptisé la troisième culture, car on est mixtes. J'utilise comme médium la mode, mais aussi la vidéo et les installations", explique l'étudiante en master en arts visuels la HEAD, Genève.

 

La durabilité et le multiculturalisme sont devenus ses inspirations. En 2019, elle a notamment remporté le Prix Art Humanité 2019, décerné par la Croix-Rouge genevoise, le CICR et la HEAD, pour son projet de bachelor. Sur le podium, le jury avait découvert ses vêtements "upcyclés", soit des créations de haute couture réalisées à partir de déchets textiles. Entre ses doigts, d'anciens maillots de football sont retravaillés en robes fièrement portées par des mannequins d'origine africaine, maghrébine ou d'Europe de l'Est.

 

"Je suis optimiste, car l'upcycling est en train de toucher toute la population. Je perçois de nouvelles sensibilités, qui valorisent les matières existantes plutôt que de les jeter." Pour Maëva Weissen, ce mode de vie s'impose pour combattre l'industrialisation de masse. "Il faudrait surtout que l'Occident arrête d'envoyer tout ce dont il n'a pas besoin en Afrique, en mode déchèterie."

 

Engagée, la styliste revient aussi sur le scandale récent du "t-shirt de la honte" dans les écoles en Suisse romande. "Qu'on arrête de vivre avec les mœurs du Moyen Age ! Avant, on critiquait les jeunes qui portaient des jeans et des vestes en cuir et, maintenant, ce sont les crop-tops et les trainings. Comme ce serait bien qu'on puisse tous et toutes porter les vêtements que l'on veut, sans que ce soit sujet de discussion ou une excuse pour une agression !"